Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRAPHIS)


Accueil ERRAPHIS > Séminaires > Emma

Séminaire « Emma, c’est nous » - Année 3

du 17 octobre 2013 au 12 juin 2014
De 10h30 à 12h30

La lectrice.jpg

La lectrice.jpg

Séminaire Emma, c'est nous - Année 3
Philosophie et littérature

Séminaire organisé par Létitia Mouze (Maître de conférences en philosophie, UTM ; STL, Lille 3) et Anne COIGNARD (ATER, Département de philosophie, UTM ; membre associée ERRaPhiS). 
L'argumentaire général du séminaire peut être téléchargé. 

Projet de l'année 2013-2014

À la fin de l’année précédente, nous avions proposé, tout d’abord, de recentrer le séminaire sur son identité générique, soit la question des relations entre philosophie et littérature, en prenant pour fil directeur de l’année à venir le thème suivant : « Usage philosophiques du littéraire, usages littéraire du philosophique », cet intitulé faisant signe vers l ’usage thématique qui peut être fait, en philosophie, de certains auteurs ou de certaines œuvres littéraires et, en littérature ainsi qu ’en théorie littéraire, d ’auteurs et d’œuvres philosophique. 

Comment, donc, la littérature est-elle un objet pour la philosophie ? Et quelle littérature ? Mais aussi, comment la philosophie est-elle un objet pour la littérature et la théorie littéraire ? Et quelle philosophie ? Ce qui nous mène, immédiatement, à d ’autres questions. Quelles conceptions de la littérature et de la philosophie se dégagent, à chaque fois, de ces entrelacements ? Comment les philosophes lisent-ils la littérature ; comment les "littéraires", au double sens mentionné, lisent-ils la philosophie ? Mais aussi, comment rendre compte du partage philosophie de la littérature/théorie littéraire ? Si ces questions espèrent définir une direction pour les séances de séminaires prenant la forme d’exposés suivis d ’une discussion, nous tenons aussi à maintenir ce qui fait la spécificité de ce séminaire : l ’accueil de discussions informelles sur les œuvres et les lectures que nous en avons faites. 

Dans cette perspective, nous avions commencé de parler de certains auteurs parmi lesquels piocher pour les séances en question : François Cheng, Cinq méditations sur la beauté ; Boulgakov, Le maître et Marguerite ; Doris Lessing, Le Carnet d ’or ; Colum McCann, Transatlantic ; Christa Wolf, Ville des anges 

Les séances auront lieu de 10h à 12h30, à la Maison de la Recherche. Elles se tiendront le jeudi, sauf exceptions. 


Programme de l'année

17 octobre 2013 (Maison de la Recherche, salle C26) : Létitia Mouze (STL, Lille 3, UTM), sur « La connaissance de l ’amour de Martha Nussbaum ».
Létitia Mouze a présenté les travaux de Martha Nussbaum pour questionner la manière dont elle articule philosophie, ou éthique, et littérature. Cela pour commencer d ’entrer dans une des directions problématiques choisies pour cette année : comment les philosophes parlent-ils de la littérature ? De quelle littérature ? Et pour quoi faire ? 

7 novembre 2013 (Pavillon de la Recherche, salle OBM1) : partage de lecture, Le Maître et Marguerite.

28 novembre 2013 (Maison de la Recherche, salle C26) : Ariane Revel (doctorante, Université Paris Est-Créteil), Lectures de l ’ « utopie »  : le cas des Considérations sur le gouvernement de Pologne de Rousseau.
Dans son intervention, Ariane Revel, en examinant les Considérations sur le gouvernement de Pologne de Rousseau, s’est employé à questionner la manière dont différents modes de lecture se sont articulés, ou dont un mode de lecture s’est trouvé décalé relativement à celui que l’auteur se proposait de susciter. Les CGP sont l’occasion d’un malentendu philosophique : elles sont reçues comme relevant d’un idéalisme politique, de l’ « utopie » - à revers du dispositif mis en place, soit le dispositif politique des effets du texte sur ses lecteurs. Les deux lectures auxquelles les CGP ont donné lieu indiquent deux façons de concevoir les effets de la lecture sur l’imagination et l’action. 

19 décembre 2013 (Maison de la Recherche, salle D155) : Marie-Hélène Gauthier (UPJV, Amiens), sur son ouvrage La poéthique.
Marie-Hélène Gauthier nous a proposé un exposé en deux temps. Tout d’abord, elle a souhaité interroger la manière dont des philosophes de la littérature se sont rendus attentifs, non pas à la théorie de la littérature, mais à une constellation de notions ou de modalités d’être que la littérature remplit pour la philosophie. Les auteurs qui ont servi de fil directeur à cette première partie de la réflexion sont Roland Barthes, Iris Murdoch et Pierre Macherey. Ensuite, elle nous a proposé de revenir sur son ouvrage, La poéthique dans lequel il est question de Paul Gadenne, Henri Thomas et Georges Perros. 
 
9 janvier 2014 (Maison de la Recherche, salle C26) : Loreline Courret (Master, UTM), La lettre mécréante
Argumentaire de Loreline Courret : Si l ’on a bien voulu comprendre les œuvres comme ce qui fait la valeur d ’une culture, sa richesse voire sa grandeur, c ’est en réduisant la création à sa fonction de conservation, l ’art lui-même à rendre la réalité supportable, en traduisant et en symbolisant l ’étrangeté de l ’extériorité en ce que nous nous accordons à appeler le monde. Vision bien pacifique, qui se soutient de l ’exclusion de la violence même du réel, que pourtant les hommes expérimentent. Il s ’agit ici de partir d ’une méfiance vis à vis d ’une certaine place réservée à la littérature – de plaire, d ’édifier, d ’éclairer – qui tend à effacer l ’énergie critique de la lettre, qui ne désigne pas moins le langage que l ’expérience même de l ’écriture par laquelle le réel, ce qui tombe hors des discours de savoir, résiste à la force d ’assimilation par les structures symboliques, ce point hors sens, parvient à s ’écrire. Cette déchirure de l ’ordre du non-sens, Claude Simon la nomme à plusieurs reprise désastre, dans son roman le plus célèbre La Route des Flandres.

30 janvier 2014 (Maison de la Recherche, salle C26) : partage de lecture, Ville des anges de Christa Wolf.

20 février 2014 (Maison de la Recherche, salle C26) : séance proposée par Tanella Boni (professeur, Université d’Abidjan, chaire Europhilosophie) : Kossi Efoui, L ’ombre des choses à venir (Seuil, 2011)
Tanella Boni est poète, romancière, essayiste et philosophe. Née à Abidjan (Côté d ’Ivoire), elle est docteur en Lettres de l ’Université Paris 4-Sorbonne, professeure des universités et a reçu le prix Ahmadou Kourouma en 2005. Dans le cadre du séminaire Emma, Tanella nous propose une séance de partage de lecture autour du roman de Kossi Efoui, L ’ombre des choses à venir (Seuil, 2011). Tanella Boni a aussi proposé, durant le mois de février, en tant qu’EuroPhilosophie Visiting Scholar, un séminaire intitulé : « La traversée des frontières entre Philosophie et Littérature ». Les séances ont eu lieu les mardi 11 et 18 février (10h30-12h30, Maison de la Recherche, salle D155).  
 
13 mars 2014 (Maison de la Recherche, salle C26) : Yannick Souladié (ERRaPhiS, chercheur associé), Dostoïevski, le Christ et la terre
Durant cette séance, Yannick Souladié a questionné les liens qui pouvaient être tissés entre Dostoïenski et Nietzsche, en examinant, notamment, Les Frères Karamazov, mais aussi Les Démons et L’Idiot.  

3 avril 2014 (Pavillon de la Recherche, salle OMB1) : Jean-Christophe Goddard et Jasmina Jovanovic (ERRaPhiS, UTM), sur Clarice Lispector, Un souffle de vie.
Jean-Christophe Goddard et Jasmina Jovanovic ont proposé de questionner la manière dont les philosophes lisent la littérature, en proposant, tout d’abord, concrètement, d’écouter un philosophe lire de la littérature : Jean-Luc Nancy lisant Clarice Lispector. Il s’est agi, ensuite, de lire à deux voix plusieurs passages d’Un souffle de vie qui mettent en scène l’auteur et son personnage, avant de revenir sur leur rencontre personnelle avec l’écriture de Clarice Lispector. 

11 avril 2014 (département de Philosophie, salle 221) : Philippe Sabot (STL, Lille 3), Foucault et Roussel. 
Philippe Sabot a proposé de revenir sur le travail qu’il accomplit pour l’édition des œuvres de Foucault dans la Pléiade sur Raymond Roussel. Il s’est agi, tout d’abord, de présenter le travail monographique de Foucault pour en montrer la singularité, et ensuite d’approfondir les liens qui peuvent être reconnus entre Raymond Roussel et l’ouvrage jumeau Naissance de la clinique qui paraît la même année. 

24 avril 2014 (Maison de la Recherche, salle C26) : Hélène Bertier (Master, UTM), Sur Kundera. 
La présentation d’Hélène Bertier avait pour thème « ce que seul le roman peut dire ». Il s’est agi de mener une réflexion sur ce que signifie le roman pour Kundera, comme scène où expérimenter l’homme dans toute la légèreté de son être, et dans sa multiplicité de postures face au « scandale existentiel de l ’insignifiance». Cela pour interroger la forme littéraire comme la forme même que doit prendre l’ontologie.

22 mai 2014 (Maison de la Recherche, C26) : Lukas Held (doctorant, ERRaPhiS, UTM), Traversée de l’œuvre de Friedrich Kittler
Argumentaire : Friedrich Kittler (1943-2011) était professeur d’esthétique à la Humboldt Universität et est plus connu pour avoir introduit les Media Studies en Allemagne. La présentation tentera d’introduire à la pensée de Kittler par une traversée de son œuvre, et plus particulièrement de ses écrits philologiques sur Homère, Goethe, Novalis et Schreber. Dans ses textes, Kittler développait ce qu’il nommera plus tard une « archéologie acoustique » qui, en allant à l’écoute du texte, examine notamment les appareils d’écriture dont se sert l’auteur, les médias qui véhiculent les informations dans le texte et, plus généralement, l’oralité derrière la littéralité. Les grandes monographies de Kittler, largement inconnues en France, sont des incontournables de la philologie germanique et de la théorie des médias. Ayant préparé la réception de Lacan, de Foucault et de Deleuze en Allemagne, il sera intéressant de voir les traces de leurs pensées dans les textes de Kittler et de voir comment il les applique sur le canon de la littérature allemande, ce qui nous donnera finalement un aperçu des rapports entre philosophie allemande et française dans les années 1970 et 1980.

12 juin 2014 (Département de philosophie, salle 224b) : bilan de l’année. 

**********
Les comptes rendus des séances sont disponibles sur le blog du séminaire Emma : http://blogs.univ-tlse2.fr/emma/

 
 
 
 

Contact :
Anne Coignard et Létitia Mouze
Lieu(x) :
Université Toulouse - Jean Jaurès
Notre salle habituelle n'étant pas disponible cette année, les séances du séminaire auront lieu à la Maison de la Recherche. 
Partenaires :
ERRAPHIS
Département de philosophie de l'UTM

Documents à télécharger :

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page