Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRAPHIS)


Accueil ERRAPHIS > Textes en ligne > ANR Subjectivité et Aliénation

« Comment se fait-il que tout ne soit pas donné ? Attente, rythme et retard dans L’évolution créatrice »

Guillaume Sibertin-Blanc

« Ateliers franco-japonais sur L’évolution créatrice de Bergson », Université de Toulouse-Le Mirail, 19-21 avril 2007.

Pour ouvrir cet atelier sur « l’Un et le Tout », je propose de partir d’une expression qui condense ce que Bergson refuse dans le monisme ou le monisme qu’il refuse : un monisme qui se donne le tout, qui tient que « tout est donné ». Cette formule ramassée, l’une des plus récurrentes de L’évolution créatrice, a une signification fondamentalement temporelle, et le monisme se voit reproché une dénégation du temps, qui n’est reconnu que pour se voir aussitôt refuser tout ce qui en fait la consistance dans le réel et l’insistance dans la conscience, à savoir son caractère agissant, cette efficience par soi du temps se comprenant immédiatement comme création, production d’imprévisible nouveauté. Ainsi procède exemplairement un mécanisme radical qui considère l’avenir et le passé complètement déterminés, ou du moins complètement déterminables en droit, en fonction du présent, et « visibles d’un seul coup pour une intelligence surhumaine, capable d’effectuer le calcul » .


Documents à télécharger :

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page