Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRAPHIS)


Accueil ERRAPHIS > Textes en ligne > Journées sur l'Anti-Oedipe

"De la volonté comme pathos au désir comme production : Schopenhauer, Nietzsche, Deleuze"

Arnaud François

Peu de choses nuisent plus à une philosophie qu’une réputation d’extravagance. Cela me semble particulièrement vrai dans le cas de Deleuze. La limite est ténue entre l’extravagance et la divagation. Plus, sans doute, que pour d’autres penseurs, il importe de faire ressortir les médiations, souvent ignorées, entre les problèmes posés par Deleuze et ceux de la philosophia perennis, comme on dit. Le risque est grand, dira-t-on, de masquer la nouveauté de la pensée de Deleuze, au profit de la continuité entre sa pensée et celle de ses prédécesseurs ; bien au contraire : saisir l’essence de la création, c’est la comprendre comme continuation. La seule alternative à la création-continuation, c’est la création ex nihilo, mais celle-ci n’en est pas une, elle ne peut être que la réalisation d’un possible préexistant, une véritable fulguration.,Je voudrais appliquer cette conception de l’histoire de la philosophie comme actualisation à l’une des grandes doctrines de L’anti-Œdipe, à savoir la théorie du désir comme production, non comme manque. Parmi les prédécesseurs marquants de Deleuze, il en est un qui a explicitement caractérisé l’essence du monde comme désir ou comme souffrance, et cette souffrance ou ce désir comme production perpétuelle de phénomènes : je veux parler de Schopenhauer.


Documents à télécharger :

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page