• Recherche,
  • Colloques,
  • Séminaires,

Séminaire interprétation - Conférence de P.-A. Miquel - 15 janvier

Publié le 10 janvier 2019 Mis à jour le 10 janvier 2019
le 15 janvier 2019 Toulouse - Campus du Mirail

De 16h30 à 18h30 le 15 janvier 2019 en salle Salle E411 (nouveau Pavillon de la Recherche), Université Jean-Jaurès, Toulouse.

Dans le cadre du séminaire "Connaissances interprétatives", Paul-Antoine Miquel donnera une conférence intitulée "Gaïa et Solaris" le mardi 15 janvier de 16h30 à 18h30 en salle E411 de la Maison de la recherche. 
En voici le résumé: "L’objectif de ce travail est d’étudier la relation entre un texte de science-fiction célèbre de Stanislas Lem et une hypothèse scientifique énoncée dans un style très inhabituel et en un sens pourtant propre à notre époque : l’hypothèse Gaïa de James Lovelock (1979). Nous voudrions faire apparaitre l’idée que la science-fiction est une sorte de cas-limite, un réactif qui renouvelle la fonction esthétique. Et nous voudrions montrer pourquoi ce qui rapproche Gaïa de Solaris engage la recherche scientifique dans des directions qui sont nouvelles, au niveau heuristique, méthodologique et même ontologique.
 
This work is focused on the relation between a novel of Stanislas Lem, Solaris, and the work of the geochemist James Lovelock. Behind the strong differences between a fiction based on the rule of suspension of disbelief, and a scientific assumption that tries to be compatible with the rule of truth, we will show Gaia and Solaris are based on two common philosophical statements: life must be understood, not simply at the level of the organism, but also at the level of the biosphere; and life is some kind of primitive mind without any intentional purpose, and then without consciousness. Gaia knows how to proceed in order to regulate geochemical conditions that permit its own existence, even if it cannot know that it has this ability and this skill."