• Recherche,
  • Colloques,
  • Séminaires,

Séminaire "Structure et cognition" - 2 séances en avril et juin

Publié le 29 mars 2019 Mis à jour le 20 juin 2019
le 26 juin 2019 Toulouse - Campus du Mirail

Le 17 avril de 14h à 16h en salle GA038 Le 26 juin de 14h à 16h en salle GA207


1. « Structures et normes sociales : automatismes ou stratégies cognitives ? », séance animée par Sébastien Miravete, dans le cadre du séminaire de recherche « Structure et cognition » du laboratoire ERRAPHIS. Séance du 17 avril de 14h à 16h en salle GA038. 

 

Quelle est la différence entre une structure et une norme sociale ? Les êtres humains se soumettent-ils à des normes par obligation (Mauss), par habitude (Bergson) ou pour une toute autre raison ? Le principal objectif de cette communication sera de répondre à ces deux questions, par l’examen des données issues de l’ethnologie sur l’économie du don et de la psychologie sur le conditionnement. Il sera aussi de montrer pour quelle raison les données étudiées nous invitent à développer une nouvelle pensée des structures plus dynamique et ouverte à l’interdisciplinarité.  

 

 

2. « Les structures du don : économie et psychanalyse », séance animée par Sébastien Miravete et préparée avec la collaboration d’Agnès Ladois Do Pilar Rei, docteur en psychologie et psychologue clinicienne en pédopsychiatrie (CH de Lannemezan), dans le cadre du séminaire de recherche « Structure et cognition » du laboratoire ERRAPHIS. Séance prévue le 26 juin 2019 à l'Université Toulouse II. 

 

Les recherches ethnologiques récentes sur l’économie du don (Wiener, Godelier, Bourdieu) mettent en lumière l’existence de deux structures à l’échelle sociale. Ces dernières permettent à des groupes sociaux de se constituer et de contracter des alliances dans des sociétés régies par l’économie du don.  L’objectif de cette séance est de démontrer l'existence de ces deux structures dans le parcours de vie de sujets névrosés. Cela est d’autant plus surprenant que ces individus n’appartiennent pas à des sociétés fondées sur l’économie du don. Elles sont mobilisées inconsciemment et stratégiquement par ces individus pour résoudre certains problèmes caractéristiques de leur histoire familiale et personnelle.  Ces données issues de la pédopsychiatrie suggèrent en définitive que des structures peuvent être mobilisées par les êtres humains à des échelles très différentes (sociale ou personnelle) et dans divers contextes économiques.