• Recherche,
  • Colloques,
  • Séminaires,

Rencontres des jeunes chercheur-e-s en études africaines, 27 et 29 juin 2022, Toulouse

Publié le 2 novembre 2021 Mis à jour le 3 décembre 2021
du 27 juin 2022 au 29 juin 2022 Toulouse - Campus du Mirail

Les prochaines Rencontres des jeunes chercheur-e-s en études africaines auront lieu les 27 et 29 juin 2022 à Toulouse. L’appel à panels est disponible à cette adresse : https://jcea2022.sciencesconf.org/resource/page/id/7. La date-limite est le 13 décembre.

Appel à ateliers ouvert du 18 octobre 2021 au 13 décembre 2021

Le 27 et le 29 juin 2022 se tiendra la sixième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques face aux crises ? Ruptures et continuités ». L’évènement se déroulera sur le campus de l’Université Toulouse Jean-Jaurès, en parallèle et en lien avec les septièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF), tous deux financés par le Groupement d’Intérêt Scientifique « Études africaines en France ».

1. Une thématique transversale : « Les Afriques face aux crises ? Ruptures et continuités »

Une thématique volontairement large et englobante a été choisie pour la 6ᵉ édition des JCEA : « Les Afriques face aux crises ? Ruptures et continuités ». Parler des Afriques signale que même si le continent est traversé par des « crises », une histoire, des problématiques communes (mouvements migratoires, évolutions démographiques, réchauffement climatique, (néo)colonialisme, etc.), il reste surtout marqué par une très grande diversité de contextes qui va à l'encontre d’une analyse trop homogénéisante de ces phénomènes. La forme interrogative de notre thématique invite quant à elle à dépasser une approche descriptive et normative des crises et de leur gestion. Ceci passe par le questionnement de la définition du terme de « crise » et l’ouverture d’une réflexion sur la manière dont les SHS peuvent s’en saisir au niveau du continent : quel·le·s acteur·rice·s sont impliqué·e·s dans la désignation de ce qui est une crise ou non ? À quelles échelles et selon quelles temporalités doivent-elles être saisies ? Comment articuler ces différents niveaux d’analyse et les disciplines qui y sont liées ? Au demeurant, interroger ce terme permet de ne pas enfermer l’Afrique dans l’image d’un continent en détresse et passif et de regarder également du côté des résistances, des réappropriations, des stratégies de lutte, de l’agentivité, etc.

Plus généralement, la tension entre les deux concepts de “rupture” et de “continuité” pourrait permettre de saisir les métamorphoses du continent sans tomber dans le piège d’un éternel recommencement, sans oublier ce qui persiste, sous des formes plus ou moins nouvelles. Les ruptures et continuités épistémologiques, paradigmatiques ou méthodologiques (induites par un événement survenu sur le terrain de recherche, une découverte bibliographique, etc.) sont également à explorer, dans une perspective plus réflexive.

De l'archéologie à l'histoire, de l'anthropologie à la science politique, des sciences économiques à la sociologie, de la géographie aux sciences de l'environnement, de la littérature à la philosophie et aux arts, les dynamiques de « crises » seront ainsi abordées dans toute leur polysémie et leur polyphonie. Les Rencontres des JCEA souhaitent solliciter la recherche en train de se faire pour présenter les travaux les plus récents sur ces questions en chantier.

2. Des ateliers ouverts sur l'actualité des recherches en études africaines

Par ailleurs, les JCEA proposent également une entrée non-thématisée afin d’offrir l’opportunité à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s sur les Afriques de présenter les résultats de leurs recherches. Ainsi, toutes les propositions portant sur l’Afrique et ses diasporas, touchant à des sujets d'actualités, seront les bienvenues.